Chez Vic

Bienvenue sur mon blog

Espoirs

Classé dans : textes personnels — 28 mars, 2009 @ 8:09

Lignes imaginaires, cercles qui t’enferment, pyramides infranchissables si tu ne désires plus avancer.
Les lendemains peuvent être enchantés et chantés sur les crêtes des vagues et des montagnes, émeraude et bleu profond mêlés, terre de Sienne et sable fin.
Regards croisés, sombres ou dorés où l’on peut lire, le temps d’une infime seconde, l’admiration ou la complicité.
Fugitif moment qui nous fait ressentir un bien être dans l’après.
Les marches du temps, inexorablement franchis une à une pour mieux sentir et ressentir ou quatre à quatre pour trébucher et rater des instants importants.
Une ombre passe, auréolée d’ors ou de noirceurs, qui nous donne envie de suivre ou de fuir.
L’esprit s’égare dans la jungle humide, mouvante, poisseuse, visqueuse et se débat entre les lianes qui l’enlacent.
Soudain, accalmie de cet être en détresse ; l’horizon n’est plus cette ligne infinie, rectiligne où on ne voit ou ne croit voir que le néant.
Ce peut être le début de l’aventure exaltante, surprenante, déroutante.
Déroutante par ses surprises inattendues, enfant sommeillant au tréfonds de notre moi, à qui nous ne laissons pas le loisir de s’exprimer, désirs refoulés
D’un adulte spontané nous dirons qu’il manque de recul, mais d’un petit d’homme nous aurons un sourire attendri.
Quel paradoxe sommes-nous !
Etrange être humain donnant naissance à une vie dont on ne sait jamais ce qu’elle sera !
Qu’importe ! Le cercle tourne sans fin, comme les aiguilles d’une horloge qui marque les heures, le temps qui passe.
mondefee.gif

Illusions

Classé dans : textes personnels — 27 mars, 2009 @ 11:59

Sourires factices, rires trop joyeux
Donnés par ces pilules jaunes, bleus, safrans,
Regards désespérés, démarches hésitantes
Que ces cachets ne peuvent stabiliser.

 Leurres sans fin, esprits embrumés.
Comme la lune cette nuit cachée.
Pluies de larmes, cris silencieux
De ces âmes déchirées par l’angoisse.

Une armée d’ombres, d’esprits égarés
A la recherche d’un verre, à moitié vide,
A moitié plein. Balance déséquilibrée
Où le coeur et la raison oscillent.

Verrons-nous la fin de ce monde sans faim ?
Qu’elle est cette peur qui nous étreint ?
Ce mal de vivre, ce mal de l’être ?
Cette fuite en avant, ces retours en arrière .

Il y a tant de choses à faire.
Tant à réaliser, à voir, à écouter.
Nos yeux, nos oreilles se ferment
Que pour écouter cet intérieur blessé.

 La vie est pourtant belle, sommes-nous narcissiques ?
Pas de la beauté, mais du mal qui nous ronge ?
Pourquoi baisser les bras, las de cette lutte ?
Fatigue intense d’un questionnement inutile ?

Avançons, avançons sur ce chemin escarpé
Où en haut de la colline des cieux azurés
Nous attendent pour nous aider, à voir,
En nous-mêmes, que nous avons des trésors cachés
Que nous refoulons pour nous complaire, par faiblesse ?
Par démission ? Dans ces pilules jaunes, bleues, safrans.

Marseille

Classé dans : Photos — 6 avril, 2008 @ 7:56
Marseille
Album : Marseille
Quelques photos de ma ville
12 images
Voir l'album

Ballades bretonnes

Classé dans : Photos — 6 avril, 2008 @ 7:54
Ballade en Bretagne
Album : Ballade en Bretagne
De merveilleux souvenirs
20 images
Voir l'album

Les livres que j’ai aimés, récemment !

Classé dans : Lecture — 24 mars, 2008 @ 5:08

SourireAyant aimé « Le Monde selon Garp » de Tom Sharpe, j’ai acheté récemment « Outrage public à la pudeur » : pas décevant du tout ! aussi déjanté que le précédent, je dirai à mourir de rire !

 

Je viens de commencer « Dans la main du diable » de Anne-Marie Garat, à la recherche d’un amour perdu, l’héroïne parcourt le monde pour le retrouver, cela semble intéressant, bien écrit et … palpitant ! Je vous en dirai plus quand je l’aurai terminé !

 

Quatre générations sous un même toit de Lao She : Un roman qui se situe en Chine, sous le joug des japonais, l’histoire d’une famille chinoise, d’un quartier, déchirés mais solidaires où tout le panel d’êtres y est représenté dans ce qu’il a de plus généreux et d’odieux.

 

La Trilogie Fabio Montale de Jean-Claude Izzo : un policier menait tambour battant, mais un peu répétifif je trouve, l’attrait : cela se passe à Marseille qui y est bien décrite !

 

La dernière valse de Mathilda de Tamara McKinley :une saga se passant dans l’outback constitué de prairies arides du Queensland et de la Nouvelle-Galles du Sud. Assez romantique plaira plutôt aux femmes je pense !

 

Le Clan des Otori de Lian Hearn : un roman fantastique, une imagination débordante et poétique, l’irréel qui enflamme l’imaginaire !

 

Le Prince des Marées de Pat Conroy : un magnifique roman sur l’enfance entre rêves et meurtrissures qui influence la vie d’adulte, tendre et ironique, un livre qui transporte.

 

La Pierre et le Sabre suivi de La Parfaite Lumière de Eiji Yoshikawa : un roman magnifique sur les samouraïs.

 

Le Demi-frère de Lars Saabye Christensen : tragique et comique, pour reprendre le commentaire du magasine Avantages qui le définit bien « Ce roman fait partie de ces bonheurs de lecture inattendus et laisse au final un certain regret : comment, c’est déjà fini ? » ben oui on reste sur sa faim qui ne veut pas de fin !

 

L’Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon : c’est l’histoire d’un livre, d’un écrivain qui l’a écrit, roman initiatique d’un adolescent où mystères et enigmes se mêlent dans le fantastique. Très prenant.

 

Le Palais des plaisirs divins de Adam Williams : Chine 1899, Boxers et anglais se livrent à une guerre sans merci où se mêle amour, aventures et exotisme d’un raffinement étonnant.

 

L’Elégance du Hérisson de Muriel Barbery : La rencontre d’une concierge d’un immeuble bourgeois et d’une petite locataire de 12 ans, vraiment à lire !

 

Les Yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol : l’histoire d’un mensonge, d’amours, d’amitiés amusant et triste à la fois, un roman sur la vie tout simplement.

Les Origines de la Saint-Valentin

Classé dans : Divers — 10 février, 2008 @ 10:22

Bisou

les origines de la Saint-Valentin

L’origine de cette fête demeure, comme l’amour, un mystère.
- Peut-être la fête des amoureux a-t-elle à voir avec les Lupercales? Fête célébrée dans la Rome antique en l’honneur de Lupercus, protecteur des champs et des troupeaux. Cette fête païenne était consacrée à la fertilité, la fécondité et donc à l’Amour.
- Peut être parcequ’une croyance populaire dit qu’au 14 février les oiseaux commencent à s’accoupler et la nature à se réveiller?
Une autre version dirait qu’à Rome, vers 220, un prètre du nom de Valentin, fût martyrisé pour avoir célébré un mariage interdit, et serait devenu par la suite le Saint-patron des amoureux.
Quoiqu’il en soit, Saint-Valentin est bien le patron des amoureux et des fiancés. On aurait très bien pu aussi fêter le dieu de l’amour : Cupidon chez les romains ou Eros chez les Grecs.

les coutumes de la Saint-Valentin

La coutume d’écrire des mots d’amour à cette occasion est apparue dès le Moyen-Age en Angleterre. Les mots d’amour étaient écrits sur des cartes illustrées de coeurs rouges, d’amoureux, de Cupidon avec son arc et ses flèches…, parfois décorées avec des rubans de papier, de plumes, de dentelles ou encore parfumées.
On raconte aussi qu’à l’époque garçons et filles célibataires tiraient au sort, ce jour-là, le nom de leur Valentine dans un pot. Dans certaines régions, ces couples se fiançaient. Dans d’autres, le garçon devait arborer le nom de la fille sur sa manche et la protéger durant l’année.

le jour « J » de la Saint-Valentin

De nos jours, les amoureux marquent ce jour en envoyant une jolie carte virtuelle ou papier. Ils peuvent aussi se faire un beau petit cadeau. Les fleurs constituent toujours un geste classique fortement apprécié.
Si vous êtes célibataire, n’hésitez pas vous aussi à participer à cette fête comme on le fait dans d’autres pays. En effet, aux Etats-Unis par exemple, la Saint-Valentin est autant la fête de l’amitié que celle des amoureux, la tradition est de s’envoyer des cartes avec des mots gentils.
Bonne Saint-Valentin !

Discussions sur un Forum

Classé dans : Divers — 9 février, 2008 @ 10:00

on a toujours cette sensation « d’abandon », car la vie fait peur plus on se retrouve « seul » face à la mort qui viendra. Les parents, la famille, les amis, la religion sont toujours des  soutiens, même si ils ne sont pas présent physiquement, comme dit Zik : faut se blinder, au risque de paraître une sauvage:((( Et pourtant, on ne peut éviter d’avoir une famille, ne serait-ce que pour certains que des parents, mais à ce moment là ils ne leur « restent » personne, pas d’enfants pour « combler » ce besoin « perpétuel » de sentir que l’on est en vie, car contempler de belles choses, entendre, toucher n’est que culturel, mais si ce que l’on voit ou entend nous rappelle des souvenirs heureux ou malheureux, ce qui est souvent le cas alors là cela devient émotionnel et c’est d’autant plus douloureux, du fait que l’on ne garde en mémoire que les moments difficiles ce qui est étrange ! Alors que l’on ne doit garder en mémoire que les moments ,fugitifs certes, de bonheur ! L’être humain a une propension à ressasser ce qui ne va pas et rumine et est rongé soit par le remord soit par la culpabilité. Dans les pays africains l’anorexie n’existe pas ni la dépression ! Pourquoi ? ce sont des maladies de blanc à qui il en faut toujours plus, un bonheur simple nous ne savons plus ce que c’est :( (( Un réfrigérateur bien plein, un confort ménager etc. Nous nous posons trop de questions existentielles qui finalement ne mènent à rien, je suis bien placée pour le savoir : coupant toujours un cheveu en 10 ! Car de toute façon : rien ne changera. La vie, la mort c’est la même chose, un éternel recommencement, mais que sommes nous face à l’univers ? de la poussière. Pourquoi procréons-nous ? Je pense que c’est pour avoir une continuité de soi dans ce pourquoi nous mettons tous nos espoirs et nos rêves déçus sur ces frêles épaules d’enfant et que nous tentons, hélas, de lui faire faire ce que nous n’avons pu réaliser d’où des déceptions et des incompréhensions de notre part, parents, on appelle cela « un écart de génération » lol ! Je ne crois pas ! Nous en demandons trop. Maintenant savoir pourquoi nous sommes alors sur cette terre ? voilà toute la question ! C’est tout simplement le cycle de l’univers qui lui continue sa vie et nous n’en sommes que les instruments. C’est tout au moins mes réflexions ! qui ne sont forcément pas les vôtres ! La vie donc pour moi n’a pas d’importance si ce n’est faire le moins de mal possible là est ma religion, mais n’étant qu’un misérable être humain je fais sûrement du mal, involontaire ou inconscient, mais c’est comme cela. Donc avec cette façon de voir les choses, la vie tout au moins, je suis pour l’euthanasie, comme Zik je ne supporterai pas d’être un poids pour mes enfants ou amis, et donc je m’éliminerai volontairement avant que je ne puisse plus, car qui le ferait à ma place ? Bon je suis allée de ma petite réflexion, loll, sur la question de la vie et la mort et je ne voudrais pas assombrir cette journée qui ici est très belle encore une fois.  – Victoria

SERIES TV –

Classé dans : Divers — 9 février, 2008 @ 9:57

 

 

 

serie assez grinçante que j’aime particulièrement !

A 20h50

TF1 diffusait deux nouveaux épisodes de Dr [H]ouse. Après avoir atteint le cap des 7 millions de

 téléspectateurs la semaine dernière, il était intéressant de savoir si l’affreux médecin allait se maintenir malgré la concurrence (notamment d’un épisode spécial de « Faites entrer l’accusé » sur l’affaire Outreau sur France 2).

La réponse est oui : à défaut d’avoir deux gambettes en bon état, House a les reins solides ! Le premier épisode de la soirée (« 24H pour vivre et mourir ») a rassemblé 7 333 000 téléspectateurs, soit une part d’audience de 29.4%. Le second épisode (« Jeux d’enfants ») s’est maintenu à un niveau exceptionnel : 7 161 000 téléspectateurs et une part d’audience de 30.3%.

House sera momentanément absent mercredi prochain pour cause de football. Mais il sera de retour le 13 février… en forme, forcément.

Carton aux Etats-Unis (voir article), carton en France et bientôt peut-être un record d’audience avec l’épisode diffusé après le Super-Bowl ce dimanche… Le Dr [H]ouse est en forme en ce début d’année 2008 !

A 22h30

Les Experts prenaient le relais en deuxième partie de soirée… et en ont profité pour tirer toutes les épingles du jeu ! La première enquête de Grissom et sa bande (« La détenue ») a réuni pas moins de 5 045 000 téléspectateurs et une part d’audience générale de 30.7% ! Une sacrée performance pour la case horaire ! Le second épisode (« Meurtre à double code ») a réussi l’exploit de rassembler 3 857 000 fans malgré l’heure tardive, la part d’audience dépassant alors les 40% (40.7% très précisément).

Soyez au rendez-vous dimanche soir pour le lancement de la saison 7 inédite des Experts ! Vous y découvrirez un charmant personnage baptisé « Miniature Killer »…

Thomas Destouches avec TF1 et Médiamétrie

SERIES TV

Classé dans : Divers — 9 février, 2008 @ 9:49

Cold Case : affaires classées suit les investigations d’une équipe de policiers de Philadelphie qui enquêtent sur des crimes anciens jamais élucidés. Ils utilisent parfois les moyens de la science moderne pour découvrir de nouveaux indices mais ils s’emploient le plus souvent à retrouver les personnes impliquées (témoins, suspects, familles des victimes) pour confronter leurs témoignages.

La série fait un usage extensif du flashback pour resituer les personnages à l’époque de l’affaire, d’autres acteurs les interprétant durant ces courtes séquences. Une bande-son particulièrement travaillée contribue à restituer l’ambiance en reprenant soit les titres qui ont marqué l’année du crime (Nirvana en 1994, par exemple) soit, en quelques occasions, les chansons d’un seul artiste (Johnny Cash, Bruce Springsteen…). De même, ces flashbacks sont filmés avec des angles de vue, des couleurs ou des effets destinés à rappeler l’époque.

Au delà de ces aspects techniques, Cold Case se distingue par son intensité dramatique et l’émotion qui se dégage des récits. Loin du côté spectaculaire ou démonstratif d’autres séries policières à succès produites par Jerry Bruckheimer, comme Les Experts ou FBI : portés disparus, la série s’attache moins à confondre les coupables qu’à décrire des parcours humains. On s’aperçoit souvent que le meurtrier, loin d’être un criminel endurci, est souvent lui-même la victime des circonstances et reste profondément marqué par son acte.

–~–~———~–~—-~————~——-~–~—-~

SERIES TV

Classé dans : Non classé — 9 février, 2008 @ 9:41

Desperate Housewives : série pleine d’humour et désopilante ! Bonne détenteemoticone 

Tout semble normal dans la vie des Desperate Housewives (les femmes au foyer désespérées). Elles sont belles, riches et vivent dans de jolies maisons de banlieue où règnent le calme et la tranquillité. Tout allait bien, jusqu’au jour où Mary Alice, l’amie de toujours, décide de se tirer une balle dans la tête. Quels sombres secrets cachait elle ? C’est ce qu’on va découvrir tout au long de la série. Son suicide va permettre de mieux connaître les habitants de Wisteria Lane qui ont tous quelques squelettes cachés dans leurs placards.

Desperate Housewives a su séduire grâce à un casting féminin exceptionnel. On y retrouve notamment Teri Hatcher, l’héroïne de Loïs & Clark : les nouvelles aventures de Superman, qui fait un retour très remarqué à l’écran après une longue traversée du désert, Marcia Cross, méchante inoubliable de la série Melrose Place et Eva Longoria, devenue presque immédiatement un sex-symbol international. Élue star la plus sexy de l’année 2005 par le magazine Maximal, la compagne du joueur de basketball Tony Parker est d’ailleurs devenue la nouvelle égérie de L’Oréal.

Entre comédie et suspens, Desperate Housewives s’est tout de suite imposée aux États-Unis, où la série a remporté un grand succès, réunissant chaque dimanche plus de 17 millions de téléspectateurs. Elle est aujourd’hui n° 2 au classement des séries dramatiques, devancée seulement par Les Experts. Une belle revanche pour cette série atypique qui fut d’abord rejetée par toutes les chaînes américaines et pour son créateur, Marc Cherry, qui à 42 ans devait encore se faire entretenir par sa mère. C’est d’ailleurs elle qui lui a donné l’idée de la série en lui avouant que l’élever fut une expérience totalement désespérante.
–~–~———~–~—-~————~——-~–~—-~

http://groups.google.com/group/chocolatine/

-~———-~—-~—-~—-~——~—-~——~–~—

123
 

fuller47 |
Vendre à tout prix |
LES ESTABLES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Creavie
| Histoires d'Abzac
| Dragon Ball Ultimate